Catégories
Non classé

Immobilier : 3 raisons de souscrire à une assurance loyers impayés

Avec la crise sanitaire mondiale et ses conséquences économiques, les propriétaires courent davantage le risque de loyers impayés. Sachant que les revenus locatifs constituent pour beaucoup d’entre eux une source importante de revenus, il devient plus que jamais primordial de les sécuriser. En l’espèce, l’assurance loyers impayés représente l’une des meilleures alternatives. Écartée pour son coût, cette protection a pourtant tout son intérêt, surtout dans le contexte actuel. Si vous êtes dubitatif quant à l’intérêt de souscrire à une assurance loyers impayés, ces 3 raisons achèveront de vous convaincre. 

1- La caution physique est insuffisante 

Seuls 15 % des bailleurs qui confient la gestion de leurs propriétés à des professionnels ont pris la décision de souscrire à une assurance. Concernant les bailleurs qui gèrent eux-mêmes leurs charges locatives, on ne compte que 5 % ayant souscrit à une assurance. Pour la plupart, la garantie loyers impayés reste beaucoup trop chère. 

Selon le spécialiste des assurances immobilières Jean-Paul Boudignon, les bailleurs estiment que la caution physique est une protection suffisante alors qu’elle ne l’est pas en réalité quand bien même elle a l’avantage d’être gratuite. Certains bailleurs, pour s’assurer de percevoir leur loyer, n’hésitent pas à exiger 2, 3 voire 4 mois de loyer physiques à leur locataire. 

Néanmoins, avec le prochain examen de la proposition de loi Nogal, cette pratique ne sera plus d’actualité. Si cette loi venait à être adoptée, les bailleurs ne pourront exiger à l’avenir qu’une caution physique à la signature d’un bail. Dans un tel contexte, l’assurance loyers impayés devient l’une des meilleures solutions pour sécuriser vos loyers. 

2- Les conditions d’accès à l’assurance loyers impayés sont plus souples

Outre le coût de la garantie loyers impayés, la rudesse des conditions d’accès constitue un autre frein pour les bailleurs. Déjà, chaque compagnie d’assurance propose ses propres conditions d’accès. De plus, l’assurance n’était accessible que sur la base d’un « scoring » du logement ou de sa valeur. 

Certains assureurs prenaient également comme référence la situation économique du locataire pour rendre accessible leur offre de GLI. Ils exigent que les revenus du locataire représentent trois fois le loyer pour que le logement soit éligible à cette protection. Alors que certaines compagnies ne prennent en compte que le salaire brut du locataire, d’autres considèrent également les primes. 

À ces différents problèmes s’ajoute le défi de la couverture insuffisante. C’est seulement en cas de sinistre que certains propriétaires prennent conscience du fait que leur contrat d’assurance n’incluait pas originellement ce risque. 

Fort heureusement, les règles ont été assouplies, cela, depuis quelques années avec la prise de conscience des assureurs des insuffisances de cette protection. Le profil du locataire est examiné bien avant la signature, ce qui garantit que le locataire est solvable et qu’en cas de sinistre cela ne pourra être contesté.

3- La garantie loyers impayés est plus accessible 

En réponse à la question du coût de l’assurance loyers impayés, les assureurs ont également répondu. En fonction des offres des compagnies d’assurance, la prime annuelle représente en moyenne entre 2% et 3% du loyer. Or, le remboursement de la prime annuelle se fait tous les 15 janvier, soit une fois l’année. 

Quand on considère que le risque de loyers impayés peut plomber jusqu’à 8 mois de loyers pour des logements dont le loyer varie entre 650€ et 1000€ selon les régions, le pourcentage de la prime d’assurance reste totalement dérisoire. 

Pour encourager davantage les propriétaires à sécuriser leurs loyers avec la GLI, l’État l’a rendu déductible des revenus fonciers, ce qui allège considérablement l’accès à cette protection. 

En définitive, bien que les retards de paiements des loyers n’ont pas grimpé en flèche pendant la crise, les impayés restent une vraie hantise pour les propriétaires. Un investissement peut vite devenir un vrai gouffre financier si le bailleur fait face à des difficultés de recouvrement des dettes locatives. Dans un tel contexte, la GLI reste l’une des meilleures protections. 

Catégories
Immobilier

Acquisition immobilière : à quels détails faire attention lors d’une visite immobilière ?

L’achat d’un bien est un investissement qui pèsera lourd dans votre patrimoine et la visite est l’une des étapes incontournables pour finaliser le processus. Qu’il s’agisse ou non de votre première acquisition immobilière, il y a des détails auxquels vous devez absolument faire attention avant de passer à la signature de l’acte d’achat. Quels sont-ils concrètement ?

Vérifier l’état du logement

L’état du logement représente l’une des premières vérifications que la visite immobilière permet d’effectuer. Il faut dire que cette vérification est multiforme et à chaque niveau, vous devez vous assurer que tous les voyants sont au vert.

L’état des locaux

L’état des locaux fait référence au bâtiment. Selon qu’il s’agisse d’un bien neuf ou ancien, l’état du bâtiment peut fortement varier. Une vérification est d’autant plus importante qu’elle vous permet d’évaluer l’ampleur des éventuels travaux de rénovation à effectuer. C’est à cette étape que vous pourriez savoir si votre investissement risque de devenir un véritable gouffre financier et s’il vaut véritablement la peine.

De même, avoir une idée de l’état des locaux est un atout majeur dans la négociation de la valeur du bien. En règle générale, plus il va y avoir de travaux à réaliser, plus le bien sera abordable. Vous pourrez ainsi faire une bonne affaire, à condition d’effectuer une évaluation juste de l’ampleur des travaux.

Par conséquent, ne raillez pas immédiatement de votre liste un bien dont les locaux sont en état de dégradation avancée. Vous pourriez faire une bonne affaire.

L’état des équipements

Dans le cas où le propriétaire vend les équipements avec le bien, il faudra également procéder à la vérification de leur état. Vous devez donc absolument vérifier s’ils fonctionnent effectivement et qu’ils font l’objet d’un entretien régulier de la part du propriétaire. Cette information pourrait aussi vous aider lors de la négociation du prix du bien.

Vérifier l’état de la copropriété

Cette vérification s’impose à partir du moment où vous ambitionnez d’acquérir votre futur bien dans une copropriété. Vous pourriez très vite regretter votre investissement si éventuellement le lot de votre choix est soumis à des procédures encore en cours, à des charges très élevées ou que son ravalement fait l’objet d’une discussion.

Normalement, le vendeur est dans l’obligation de vous fournir l’ensemble des documents portant sur tous ces différents détails. En l’absence de ces documents, vous pouvez valablement vous rétracter.

Prévoir des frais supplémentaires

Les cas d’acquisition immobilière dans lesquels il n’y a pratiquement pas de frais supplémentaires sont très rares. Voilà pourquoi vous devriez absolument vous préparer à cette éventualité.  

En plus du prix du bien, vous aurez par exemple à vous acquitter de la taxe foncière. C’est la ville dans laquelle se situe le bien immobilier que dépend généralement le montant de la taxe à payer.

Les dépenses liées au logement lui-même constituent également des frais supplémentaires. Si elles ne sont pas systématiques, elles peuvent être le fait de l’état de certains équipements comme le chauffage. Une panne ou une consommation énergétique trop élevée sont autant de facteurs susceptibles de faire exploser votre budget initial.

Surtout, n’hésitez pas à demander les résultats des diagnostics immobiliers du bâtiment. Ils pourraient vous révéler des anomalies non visibles à l’œil nu susceptibles de provoquer des surcoûts.

Vérifier le prix de vente

L’issue d’une visite immobilière, c’est la négociation du prix de vente. Tous les acheteurs souhaitent faire une bonne affaire à l’occasion d’une acquisition immobilière. Le prix de vente dépend essentiellement des prix des autres biens du marché.

Pour réussir votre négociation, intéressez-vous au prix des biens similaires se trouvant dans la même zone géographique. De même, intéressez-vous aux dernières ventes. Il se peut que le prix qu’affiche actuellement le bien que vous convoitez soit plus élevé que celui du marché, notamment si la mise en vente date d’un an au moins.

Catégories
Immobilier

Investissement immobilier : quelles sont les meilleures conditions pour acheter et louer ?

Alors que les taux d’intérêt baissent inexorablement, l’appétence pour la pierre des Français ne cesse de grandir. L’investissement locatif reste le plus réalisé, un engouement encouragé par les pouvoirs publics à travers les nombreux dispositifs de défiscalisation mis en place. Lorsque vous décidez d’acheter pour louer, les possibilités qui s’offrent à vous sont nombreuses. Quelles sont donc les meilleures conditions pour acheter et louer ?

Catégories
Non classé

Location meublée : quelles obligations incombent au propriétaire ?

Envisagez-vous de vous lancer dans la location meublée ? Vous allez probablement devoir faire face à certaines obligations. Entre les questions relatives au choix du bon statut (LMP ou LNMP), aux équipements indispensables et autres, la liste des obligations qui vous incombent en tant que propriétaire peut très vite se rallonger.

Catégories
Immobilier

Location saisonnière : ce qu’il faut savoir pour se lancer

Que vous soyez prêt à louer votre première maison de vacances ou que vous soyez un propriétaire établi, vous lancez dans la location saisonnière nécessite un maximum de préparation. Le véritable défi est d’avoir régulièrement des réservations pour limiter au mieux les moments de vacance du bien immobilier. Entre le choix du public cible, la publicité, la rédaction de l’annonce ou encore la fixation du prix de la location, le processus vers une location saisonnière réussie est long. Découvrez ce qu’il faut savoir pour se lancer dans une location saisonnière.

Catégories
Immobilier

Immobilier commercial : 5 raisons d’investir en 2020

Recherchez-vous un moyen sûr et rentable d’investir de l’argent ? Vous pourriez être intéressé par l’immobilier commercial. Le secteur a de tout temps été présenté comme plus intéressant que l’immobilier résidentiel, et cela, pour de nombreuses raisons. Si vous avez des doutes, voici 5 raisons d’investir en 2020 dans l’immobilier commercial.

Catégories
Immobilier

Banque en ligne et crédit immobilier : Quelles sont les offres du marché ?

Au cours de ces dernières années, le marché du prêt immobilier est devenu très concurrentiel, au point d’attirer les banques en ligne. Elles sont de plus en plus nombreuses à se positionner sur ce créneau, au grand bonheur des clients. Toutefois, chacune à sa façon propose des conditions assez éparses qu’il convient de connaître avant de tenter une demande de prêt. Que faut-il donc savoir des différentes offres de crédit immobilier proposées par les banques en ligne ?

Catégories
Immobilier

Taxe foncière : fonctionnement et calcul

En France, tous les propriétaires de biens immobiliers imposables sont assujettis à la taxe foncière. Cet impôt foncier s’applique distinctement aux propriétaires de biens bâtis et aux propriétaires de biens non bâtis. Comment fonctionne concrètement la taxe foncière ? Quelles sont les modalités de calcul ? Voici quelques éléments de réponses.

Catégories
Immobilier

Immobilier de luxe en France : 4 raisons qui expliquent ce succès

Selon une récente étude réalisée en juin dernier par Belles Demeures, la crise sanitaire mondiale n’a pas tellement perturbé le marché immobilier français. Malgré la crise, la France garde toujours la première place dans le classement des pays les plus attractifs pour l’achat de l’immobilier de luxe.

Catégories
Immobilier

Achat de logement : quels sont les obstacles à l’exode urbain ?

Selon les études réalisées par les experts en analyse immobilière, la crise sanitaire du covid-19 a suscité chez beaucoup de Français, l’envie de déménager. Depuis le déconfinement, beaucoup veulent procéder à l’achat d’un logement avec extérieur situé dans un secteur géographique plus élargie. Malheureusement, c’est sans compter sur les différents obstacles à ces projets, dont quatre sont tout particulièrement ciblés. Quels sont-ils ?